Master class lyrique

LÀ OÙ ÇA CHANTE : DU GESTE VOCAL À L'INCARNATION DU CHANT MASTER CLASS POUR ARTISTES LYRIQUES - STAGES RÉSIDENTIELS EN GIRONDE

 

OBJECTIFS 
Il est essentiel d'envisager l'acte du chanteur – comme de tout artiste d'ailleurs - sur les deux aspects de la maîtrise technique et, tout autant, de l'autorisation de soi. Le chant se déploie lorsque le désir du chanteur n'est plus entravé par un jugement sur l'acte en train de se faire. L'organicité de la voix et la plénitude d'une présence en scène passent par la rencontre de l'artiste avec son désir. Concrètement cela suppose d'entraîner l'artiste à solliciter son imaginaire, à découvrir l'ambivalence de ses émotions et sensations, à accéder à l'intelligence de ce qu'il chante et à trouver une intimité physique avec la parole et avec le chant. 

5040933962_85090fef30_b 

La plénitude de l'expression est, pour nombre d'artistes, altérée par la pression de se voir monter sur scène : « De quel droit? Au nom de quoi ou de qui puis-je m'autoriser à chanter en public? » Il suffit alors d'une nuance ratée, d'un instant d'absence, pour que la culpabilité ou le jugement se représentent et parasitent le désir de chanter, voire le transforment en prétention. 

Le travail proposé consiste à réunir les conditions dans lesquelles les injonctions que le chanteur s'impose à lui-même - inconscientes le plus souvent - lâchent et cessent d'entraver le désir qui porte le chant. La levée de ces injonctions est aussi ce qui permet au chanteur de réinterroger son propre langage et la façon dont il travaille son chant. C'est une forme de peur qui conduit l'artiste à se sécuriser dans une approche qui, pendant un temps, a pu donner des résultats satisfaisants. Une nécessité s'impose à l'artiste de poursuivre son travail en se délogeant de la sécurité dans laquelle il est sans cesse tenté de s'installer. 

D'une certaine manière l'artiste touche à une plénitude d'expression lorsqu'il se désarme. C'est à cette condition qu'il retrouve sa liberté. Cette mise en oeuvre exige de l'interprète une insolence- au sens propre de ce qui heurte l'habitude - et un acte d'autorité vis à vis de son art : oser sa propre loi. Cet acte là met le chanteur en demeure de transgresser une image culturellement enracinée du chant d'opéra, une image propre et lisse qui a contribué au dessèchement et à la désexualisation du geste vocal. Il s'avère que cette transgression est ce qui permet de rejoindre au plus près l'écriture musicale de l'oeuvre. L'épanouissement du chanteur passe donc par des acquisitions techniques - mécanique du geste vocal, appropriation de l'espace scénique, maîtrise de son corps - mais aussi par une expérience de rupture qui oblige l'artiste à se déplacer de ses habitudes et des représentations qu'il s'est forgées pour laisser émerger la singularité de son chant, c'est-à-dire ce qui le relie à l'universel et va résonner dans l'intime du spectateur. L'idée directrice du stage est portée par la synergie entre l'approche pédagogique du geste vocal par Lionel Sarrazin et celle de Claudine Hunault sur la présence scénique. Ils ont élaboré un travail qui conduit le chanteur à s'engager en tant que sujet dans toutes les dimensions de son art, physique, psychique, émotionnelle, imaginaire, intellectuelle…


AXES DE TRAVAIL 
Technique vocale. Conscience des aspects mécaniques (cordes vocales), des résonateurs, des insertions du diaphragme, du périnée. Différenciation entre pression et débit. Perception des liens avec la verticalité. Harmonisation des divers points précédents. Se laisser faire par le souffle. Exploration des possibilités sonores du corps de chacun. Trouver une attitude qui allie l'abandon à l'organicité et la conscience des processus mécaniques constatés. Présence et expression scénique. Travail inspiré de la formation de l'acteur qui vise à faire prendre conscience au chanteur de la différence essentielle entre chanter les notes et adresser un chant qui devient une parole. Perception de la cohérence entre l'énergie du mouvement corporel et la puissance vocale. Capacité à « réinventer» en permanence le chant qui doit surgir du présent et non d'une mémoire. 

MODALITÉS 
En sous-groupe de 5 stagiaires maximum - Le stage fera alterner exercices et temps d'expérimentation, phases conjointes de travail sur le répertoire entre les intervenants et un chef de chant, mises en situation scénique et concert public.

« Le chant se déploie lorsque le désir du chanteur n'est plus entravé par un jugement sur l'acte en train de se faire » 

DURÉE

Nous consulter


PUBLIC
Chanteurs professionnels confirmés dans leur carrière ou non, désireux de réinterroger et d'épanouir la pratique de leur art.

 

TARIFS
Possibilité de prise en charge par l'Afdas et autres organismes.
Tarif réduit en cas de financement personnel.

ÉQUIPE PÉDAGOGIQUE


Lionel Sarrazin - Chanteur et professeur de chant lyrique - Formé au conservatoire de Bordeaux et à l'école de l'opéra de Paris, il se produit sur la plupart des scènes françaises. Il enseigne la technique vocale au CNR de Bordeaux et à de nombreux professionnels dont Béatrice Uria-Monzon, Nicolas Cavallier, Dominique Magloire, Guillaume Antoine.


Claudine Hunault - Comédienne, metteur en scène, auteur et  enseignante. Son parcours multi-facettes d’artiste et de chercheuse est traversé par la psychanalyse. Titulaire d’un CA de professeur de théâtre, elle enseigne au conservatoire de Bobigny, et accompagne des artistes lyriques dans la préparation de leurs rôles. La place du désir dans l’acte artistique, la voix et la parole, la question de la place, sont au cœur de sa pratique d’intervenante ou de thérapeute.